LE GOUV
Image default
ils l'ont fait

Aime ta zone plutôt qu’Amazon !

Face à cette crise du COVID 19 qui s’éternise, donc la gestion par un gouvernement terrifiant d’incompétence se solde avant tout par la ruine des petits commerces, de l’artisanat et des TPE-PME, sans même parler de la quasi-disparition des secteurs culturel et événementiel, les initiatives fleurissent pour tenter de limiter les pots cassés par la solidarité.

C’est comme ça qu’est né « Aime ma Zone », à l’initiative de Sylvie Galea, salariée chez Air France, qui ne pouvait plus supporter de voir disparaître le tissu d’artisans et de petites entreprises qui peuplent son lieu de vie, dans le département de l’Essonne, en Île-de-France. C’est le début d’un réseau qui a vocation à s’implanter dans toute la France en faveur de ces TPE qui souffrent particulièrement, en les aidant à acquérir de la visibilité sur les réseaux sociaux, et en regroupant toutes leurs initiatives pour maintenir leurs activités, pour l’instant dans des groupes Facebook. Le premier d’entre eux s’appelle « Aime ma Zone Centre-Essonne ».

SAUVER LES PETITES ENTREPRISES PAR LA SOLIDARITÉ LOCALE

Fort de son succès auprès des commerçants, artisans, indépendants et thérapeutes qui redoublent d’ingéniosité et de créativité pour tenter de sauver leur gagne-pain, mais aussi auprès de la population locale consciente que cette solidarité est essentielle, Aime ma Zone se déploie petit à petit dans d’autres zones en France, comme l’Oise, la Dordogne ou le bassin d’Arcachon.

Les groupes Aime ma Zone (une marque désormais déposée) continuent de se déployer dans la France entière, animés par des administrateurs terrain, au fait de toutes les actualités bonnes à partager. Un site internet verra également le jour prochainement, pour permettre à ces mêmes TPE d’être visibles sur internet, et d’être mieux référencées.

Un marché de Noël virtuel y sera même bientôt organisé, sur lesquels les artisans peuvent s’inscrire.

Pour l’après-confinement, l’idée est de pouvoir proposer, en Essonne dans un premier temps, puis dans d’autres régions, des boutiques éphémères afin que chaque artisan ou commerçant ne disposant pas (ou plus) de local commercial puisse, ponctuellement, exposer son art ou ses produits, et ainsi gagner encore en visibilité, dans une optique de valorisation des petits commerces auprès de la population.

« Aime ma Zone », une initiative qui doit servir d’exemple pour éviter le crash des petites entreprises qui n’ont pas la chance de bénéficier d’un soutien massif de l’Etat.

 

 

 

                            

“En démocratie, c’est par référendum que le peuple s’exprime.”

SUJETS CORRÉLÉS

Ce site utilise des cookies non-intrusifs pour plus de confort technique, vous pourrez les effacer à tout moment dans les paramètres de votre navigateur. J'accepte En savoir plus