LE GOUV

Ministère de l’Agroécologie

LE GOUV

La politique agricole de notre pays peut développer des potentiels insoupçonnés.

Konrad SCHREIBER

Konrad Schreiber, ancien agriculteur, ingénieur agronome est expert en “sols vivants” et en construction de systèmes de cultures innovants. Il est spécialiste de la fertilité organo-biologique des sols et de la séquestration de carbone dans les sols agricoles par la photosynthèse.

Après 10 ans de développement associatif au sein de BASE (Bretagne Agriculture Sol et Environnement) et de l’APAD (Association pour la Promotion d’une Agriculture Durable) Konrad anime et développe depuis 2012 un réseau de fermes pilotes « La Vache Heureuse » autonomes en protéines. Il participe actuellement à la mise en place de “La Belle Vigne” pour relever le défi d’une vigne autofertile, productive, productrice de biodiversité, séquestrant du carbone, et proposant une sortie progressive et participative des pesticides via les sols vivants, couverts, et la mise en place des techniques d’oxydo-réduction.

Chargé des formations et des expérimentations pour l’institut pour l’agriculture durable, il y présente une vision de l’agriculture renouvelée, fondée sur la vie et la fertilité du sol. Très productive, capable d’améliorer les ressources, notamment l’eau, l’air et la biodiversité grâce à une augmentation significative de la matière organique, l’agriculture du XXIe siècle doit selon lui (et tous les agronomes qui travaillent à travers le monde sur la conservation des sols) tendre à imiter le modèle de la forêt. Cette agriculture possède une réserve de gisement d’énergie renouvelable qui pourrait couvrir 30 à 50 % des besoins énergétiques de la France, en plus de l’alimentation, et cela avec peu d’externalités. Certaines de ses formations sont disponibles en ligne sur Ver de terre Production.

Il s’agit de remettre en route la logique de fonctionnement de la biologie pour faire l’agriculture. Ce ministère développera la bio-économie grâce à l’agroécologie. Une agriculture bio-logique est durable : elle copie le fonctionnement en cycle – Produire, Consommer, Recycler – de la nature pour faire l’agriculture. Le bio-mimétisme et les processus du vivant seront développés pour produire l’environnement, l’alimentation, l’énergie renouvelable, les biomatériaux et la chimie verte. L’agroécologie se développe sur des sols toujours couverts, peu ou pas travaillés, riches en biodiversité et vivants, qui stockent du carbone, produisent des habitats et de la biodiversité, de l’eau propre, suppriment l’érosion et s’adaptent facilement au changement climatique. C’est le règne du génie végétal, celui de la production maximale de biomasse.

Tous les Dossiers Agroécologie

Ce site utilise des cookies non-intrusifs pour plus de confort technique, vous pourrez les effacer à tout moment dans les paramètres de votre navigateur. J'accepte En savoir plus